Le président du Conseil de la Fatwa des Emirats appelle à l'institutionnalisation du système de la jurisprudence islamique

ABOU DHABI, 15 juillet 2018 (WAM) - Le président du nouveau Conseil des fatwas des Emirats a souligné la nécessité d'institutionnaliser le système de la jurisprudence islamique dans tous les pays islamiques et de renforcer les efforts de lutte contre les fatwas.

Dans une déclaration à l'agence de presse Emirates, Abdallah ben Bayyah a déclaré: "Les fatwas non officielles et malhonnêtes sont la première passerelle vers les idéologies extrémistes, et il est temps de démolir l'utilisation abusive de cette plateforme et de mettre fin à la distorsion des fatwas au service du terrorisme, du meurtre et de la destruction, à la fois des pays musulmans et parmi les minorités musulmanes dans différents pays du monde".

Il a ajouté que la création du Conseil de la Fatwa des Emirats renforce l'expérience des Emirats Arabes Unis (EAU) dans la lutte contre les idéologies extrémistes et terroristes et met fin à la diffamation des religions par les fondamentalistes, les extrémistes et les terroristes. Il a souligné que perturber et neutraliser les fatwas qui encouragent le terrorisme exige un consensus musulman pour atteindre des objectifs unifiés, en utilisant des outils et des pratiques similaires.

"Nous, en tant que sociétés musulmanes, nous devons renforcer nos outils contre ces fatwas et repousser la fatwa de son chemin dévié, qui est devenu l'arme la plus influente dans les mains des décideurs des groupes terroristes et extrémistes", a-t-il dit.

Il a souligné que la mise en œuvre nécessitera un consensus de la doctrine, par lequel les autorités religieuses acceptent de développer une vision claire et cohérente concernant les fatwas voyous et de les traiter par la libération des fatwas unies, qui condamnent et interdisent le terrorisme et l'effusion de sang.

Il a ajouté que les groupes terroristes clandestins en ont séduit beaucoup par leur interprétation déformée des textes du Coran et de la Sunna. Ils coupent délibérément des versets et des conversations et les placent de manière à servir leurs objectifs corrompus.

Bayyah a décrit ces efforts pour corriger le chemin de la calomnie dans le monde arabe comme «le remède idéal» pour traiter l'extrémisme en utilisant des actions préventives.

Il a ajouté que le fait d'élever le mérite des fatwas et de mettre fin à son exploitation par des extrémistes à travers diverses plateformes verrait la fin d'une culture justifiant la violence.

"De cette façon, nous aurions traité la racine du problème de la déformation et de l'exagération intentionnelle", a-t-il dit, soulignant l'importance d'augmenter l'authenticité des fatwas et de rectifier les informations erronées susceptibles de séduire les zélateurs.

En ce qui concerne le rôle du conseil, Bayyah a expliqué qu'elle émettrait des fatwas légales dans le pays selon diverses questions, ou à la demande des agences gouvernementales, des institutions et des individus. Il autorisera également la pratique officielle des fatwas dans le pays et assurera la réadaptation et la formation des muftis pour les aider à développer leurs compétences, en plus de mener des études et des recherches. Il supervisera également le travail des centres de fatwa de l'Autorité générale des affaires et des dotations islamiques.

(Traduit par: Mervat Mahmoud) http://wam.ae/en/details/1395302698944

WAM/French