Les EAU investissent 2,15 milliards de dollars dans l'IA


DOUBAI, 11 juin 2019 (WAM) - Les Emirats Arabes Unis (EAU) sont le deuxième investisseur régional en intelligence artificielle (IA) au cours des 10 dernières années, investissant au total 2,15 milliards de dollars, selon le rapport sur l'état de maturité d'IA au Moyen-Orient et en Afrique (MEA) une nouvelle étude commandée par Microsoft et réalisée par Ernst & Young (EY).

''La majeure partie de cet investissement a été consacrée aux transactions sur les réseaux sociaux et l'Internet des objets (IdO). Cela a été suivi de dépenses considérables dans huit autres technologies, y compris la téléphonie mobile intelligente, la gamification et l’apprentissage automatique", a indiqué le rapport.

En fait, les personnes interrogées ont classé l'apprentissage par la machine comme la technologie d'intelligence artificielle la plus utile, l'accent étant mis principalement sur les solutions d'aide à la décision. Viennent ensuite la robotique intelligente et l’analyse de texte, où les interactions clients sont au centre des préoccupations.

La nouvelle étude montre que l’état de l’intelligence artificielle dans les entreprises des Emirats arabes unis devrait s’améliorer de manière spectaculaire au cours des trois prochaines années, en particulier du fait que de plus en plus de cadres se tournent vers l’intelligence artificielle pour piloter leur agenda numérique.

Déjà, 18% des entreprises du pays considèrent l'IA comme leur priorité numérique la plus importante. Une grande partie des progrès réalisés par les EAU pour faire progresser l’agenda de l’IA est le résultat direct des dirigeants de tout le pays qui ont reconnu que la technologie devenait rapidement un facteur de différenciation clé dans tous les secteurs et qui poursuivaient activement leur agenda en conséquence.

En fait, 94% des entreprises émiraties déclarent être impliquées dans l'IA au niveau de la direction, ce qui représente le pourcentage le plus élevé de tous les pays étudiés dans la région MEA.

«Lorsque nous examinons les sociétés dont la maturité est élevée en IA, il est clair que la technologie est directement pilotée par les PDG eux-mêmes. Ce haut niveau d'implication se traduit généralement par un investissement plus important en IA, une adoption plus large et un plus grand nombre d'implémentations réussies», déclare Sayed Hachiche, Directeur général régional chez Microsoft Gulf.

La capacité de leadership aux EAU est également considérée comme élevée par rapport aux autres pays de la MEA. Alors que 64% des personnes interrogées pensent avoir des compétences modérées, faibles voire nulles en matière de leadership, 24% des cadres des EAU se disent très compétents, 46% indiquant qu'ils sont compétents ou très compétents.

La culture ouverte des EAU autour de l’IA est un autre indicateur très positif de la santé de la technologie dans le pays. Près de 94% des entreprises émiraties considèrent la stratégie d’intelligence artificielle comme un sujet important au niveau de la suite C, et 35% d’entre elles affirment que les discussions sur l’infiltration filtrent des cadres supérieurs jusqu’à des niveaux autres que ceux de la direction.

"Les dirigeants des Emirats Arabes Unis investissent déjà beaucoup dans la formation et l'éducation de leurs employés. Parallèlement, les entreprises collaborent avec des parties externes pour promouvoir le transfert de compétences et déploient des efforts concertés pour identifier les cas d'utilisation pertinents d'IA", a poursuivi Hachiche, de Microsoft.

"Le pays a réalisé des progrès significatifs dans l'élargissement de son programme d'IA au cours des trois dernières années, et tous les indicateurs laissent présager un avenir proche apportant également une amélioration significative de l'application de la technologie".

S'appuyant sur de multiples sources de données, le rapport de maturité d'IA au Moyen-Orient et en Afrique permet de déterminer pourquoi, où et comment l'IA est actuellement utilisé dans le monde des affaires. L'étude est basée sur des enquêtes, des entretiens et des études de cas auprès de 101 entreprises du Moyen-Orient et d'Afrique. Sept secteurs principaux ont été couverts: la santé, la fabrication et les ressources, les services financiers, les services professionnels, la vente au détail, les TIC et les médias, les infrastructures et les transports. En tant que tel, il fournit une vision interne à la fois des secteurs et des marchés, combinant des vues locales et régionales.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302767266

WAM/French