EXCLUSIF: La présidente estonienne a déclaré que son pays et les EAU "peuvent aider d'autres pays à entrer dans la révolution numérique"

vidéo photos

ABOU DHABI, 10 septembre 2019 (WAM) - Les Émirats arabes unis (EAU) et l'Estonie peuvent collaborer pour aider d'autres pays à entrer dans la révolution numérique, a déclaré lundi 9/9/2019 la présidente estonienne, Kersti Kaljulaid, à l'agence de presse des Emirats (WAM).

La présidente Kaljulaid est actuellement en visite aux EAU avec une délégation d'entreprises participant au 24e Congrès mondial de l'énergie à Abou Dhabi.

"Entre gouvernements, nous pouvons travailler ensemble à l'aide au développement et, par exemple, aider les pays africains à utiliser de plus en plus les technologies numériques", a-t-elle déclaré.

Lorsqu'on lui a demandé de commenter les relations commerciales et les opportunités d'investissement entre les Émirats arabes unis et l'Estonie, Kaljulaid a encouragé les investissements entre entreprises. Elle a évoqué le bureau de représentation commerciale de son pays, Enterprise Estonia, qui a récemment commencé ses activités à Doubaï.

L’Estonie devrait également ouvrir une nouvelle ambassade à Abou Dhabi cet été et participer à l’Expo 2020 de Doubaï.

Selon les statistiques du ministère de l'Économie des Émirats arabes unis, le total des échanges non pétroliers entre les deux pays a atteint 75,8 millions de dollars américains en 2018.

Commentant le rôle que les gouvernements des deux pays peuvent jouer dans le renforcement des relations commerciales, Mme. Kaljulaid a déclaré: "Il existe différentes manières de coopérer, mais dans le véritable esprit estonien, nous laissons les marchés libres et ouverts pour faire la majeure partie du travail.

"Les gouvernements ne peuvent que créer un espace juridique qui permette l'entrée de nouvelles technologies, tout en régulant et en protégeant les investisseurs, les utilisateurs [finaux] et les plus-values ​​que les entreprises récoltent".

Interrogée sur la numérisation des services publics par l’Estonie et sur l’impact des technologies perturbatrices sur le secteur de l’énergie, la Présidente a indiqué que 99% des services publics de son pays étaient disponibles en ligne.

"L'Estonie est très forte en matière de gouvernance électronique et de services électroniques publics, mais bien entendu, ces services peuvent également fonctionner pour les échanges entre entreprises", a-t-elle déclaré en ajoutant : "Tous nos départements de services commencent par une identification numérique sécurisée et assurée".

Le magazine américain "Wired" a désigné l'Estonie comme "la société numérique la plus avancée au monde". Chaque Estonien reçoit un identifiant numérique qui peut être utilisé pour effectuer des opérations bancaires, voter, payer des impôts et accéder à des dossiers médicaux.

En parlant de technologies perturbatrices, telles que la chaîne de blocs, la présidente a expliqué que le gouvernement estonien utilisait Keyless Signature infrastructure (KSI), "Une méthode éprouvée pour les signatures horodatées, qui vous offre exactement le même niveau de services que différentes technologies à base de blockchain, mais avec l'avantage d'être à faible consommation d'énergie".

Selon E-Estonia, KSI est une technologie blockchain conçue en Estonie et utilisée dans le monde entier pour "garantir que les réseaux, les systèmes et les données ne sont pas compromis, tout en préservant une confidentialité des données de 100%".

La présidente a également souligné l'importance de l'intégrité des données. "Les données peuvent être transmises d'égal à égal, d'entreprises à personnes, ainsi qu'entre le gouvernement et les citoyens, ce transfert de données doit se faire dans un format fiable", a-t-elle déclaré.

"Le peuple estonien, en tant que société, est très habitué à ce que ce type de gouvernement fournisse un écosystème protégé de services sécurisés et de blockchain ... si le gouvernement fait la promesse aux gens que les données sont en sécurité entre leurs mains, cela vraiment être garanti ", a-t-elle conclu.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302785467

WAM/French