Le FADD signe des accords de prêt d'une valeur de 33 millions de dollars avec des pays africains

  • abu dhabi fund for development inks loan agreements worth us$33 million with african nations 3
  • abu dhabi fund for development inks loan agreements worth us$33 million with african nations 2
  • abu dhabi fund for development inks loan agreements worth us$33 million with african nations 1

ABOU DHABI, 12 janvier 2020 (WAM) - Le Fonds d'Abou Dhabi pour le Développement (FADD), la principale entité nationale d'aide au développement économique, a signé ce dimanche trois accords de prêt d'une valeur de 33 millions de dollars (121 millions d'AED) avec les gouvernements du Togo, du Niger et de Libéria.

Les accords ont été signés à Abou Dhabi lors de la 10e session de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA). Le directeur général du FADD, Mohamed Seif Al- Suwaidi, a signé les trois accords de prêt détaillant les conditions de financement avec le ministre togolais de l'Economie et des Finances, Sani Yaya, l'ambassadrice du Niger aux Emirats Arabes Unis, Agada Garba ; et le consul général du Libéria aux Emirats arabes unis (EAU), Samuele Lande.

Le capital doit être canalisé vers trois projets d'énergie renouvelable dans les pays d'Afrique de l'Ouest dans le cadre de la facilité de projet IRENA / ADFD. 10 millions de dollars (37 millions d'AED) ont été alloués au projet d'électrification solaire rurale de 2,1 MW qui bénéficiera à 100 villages du Niger. Une deuxième allocation de 8 millions de dollars (29 millions d'AED) est destinée à financer le mini-projet hydroélectrique de River Gee de 2,1 MW au Libéria, tandis que 15 millions de dollars (55 millions d'AED) ont été affectés au projet photovoltaïque solaire Blitta de 30 MW au Togo.

S'exprimant sur les projets d'énergies alternatives, Mohamed Al-Suwaidi a déclaré: "Le FADD est ravi de soutenir les gouvernements du Togo, du Niger et du Libéria dans la réalisation de leurs priorités nationales et de faire avancer des alternatives énergétiques propres qui s'alignent sur les objectifs de développement durable des Nations Unies".

Il a ajouté: "Bénéficiant à plus de 750 000 ménages, les trois entreprises d'énergie renouvelable aideront à stimuler la croissance économique à long terme, à créer des opportunités d'emploi, à améliorer la résilience climatique et à garantir l'accès à l'électricité dans les petits villages situés loin des réseaux électriques centralisés".

Pour sa part, Sani Yaya a salué les efforts du FADD pour soutenir des projets de développement durable au Togo et dans le monde en développement. Soulignant les avantages du projet solaire PV Blitta, il a ajouté que l'électricité produite alimentera le réseau national et alimentera 700 petites et moyennes entreprises et environ 600 000 ménages.

Commentant l'accord, Samuele Lande a remercié le FADD pour avoir renforcé la capacité d'énergie renouvelable dans le comté de River Gee et assuré l'accès à une énergie abordable pour la population rurale, les entreprises, les institutions et les industries de la région du sud-est du Libéria. Il a noté que le mini-projet hydroélectrique de River Gee aidera la population locale à réduire de 30% les dépenses des ménages en carburant provenant de sources d'énergie conventionnelles et soutiendra l'électrification de 10 centres de santé et de huit écoles.

Remerciant le FADD pour son soutien à un projet prioritaire du gouvernement, Agada Garba a expliqué que l'électrification solaire rurale dans 100 villages soutient la politique du gouvernement du Niger consistant à fournir de l'électricité via des systèmes solaires photovoltaïques à 200 villages. Il a également noté que le projet durable bénéficiera à plus de 150 000 personnes et créera 250 emplois directs et indirects.

En 2013, le FADD a engagé 350 millions de dollars (1,28 milliard d'AED) dans la facilité de projet IRENA / ADFD sur sept cycles de financement pour soutenir des projets d'énergie renouvelable dans les pays en développement membres de l'IRENA.

Depuis sa création en 1971, le FADD a financé des projets de développement dans 94 pays, dont 40 pays africains, à hauteur de 92 milliards d'AED par le biais de prêts concessionnels, de subventions gouvernementales et d'investissements. Le FADD a également investi dans huit entreprises et deux fonds de capital-investissement pour dynamiser une variété de secteurs sur le continent africain.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302815505

WAM/French