jeudi 09 juillet 2020 - 6:55:34 P.

Le ministre de l'Environnement: Singapour sera «une cité-Etat de 45 minutes sans promouvoir les voitures électriques»


ABOU DHABI, 11 février 2020 (WAM) - Singapour ne promouvra pas les voitures électriques au détriment des transports publics, ce qui résout mieux la congestion du trafic routier, selon un haut responsable singapourien.

"A Singapour, de manière holistique, les transports publics ne visent pas seulement à réduire la pollution et les émissions de carbone, mais aussi à réduire la congestion routière", a déclaré le ministre singapourien de l'environnement et des ressources en eau, Masagos Zulkifli, à l'agence de presse des Emirats (WAM).

"Nous voulons toujours garder nos routes libres pour la circulation des biens et services essentiels", a-t-il déclaré lors d'une interview exclusive lors de sa récente visite à Abou Dhabi.

"Notre approche ne se concentre pas sur les voitures électriques, bien qu'elles produisent moins de pollution et utilisent moins d'énergie. Nous visons à fournir un bon réseau de transports en commun, accessible, abordable et pratique pour les gens".

L'État insulaire a déjà annoncé des plans ambitieux pour étendre son réseau de transports publics efficace. Singapour vise à augmenter son réseau de transport en commun rapide (MRT) de 200 km à 360 km d'ici 2030.

Huit maisons sur dix se trouveront à moins de 10 minutes à pied d'une gare MRT. Des trains et des bus supplémentaires sont également ajoutés aux flottes. Le réseau de pistes cyclables sera doublé à plus de 700 km d'ici 2030, selon le plan.

"D'ici 2040, nous visons à effectuer neuf déplacements sur dix aux heures de pointe par la marche, le vélo et d'autres moyens de voiture-lite [réduisant l'utilisation de la voiture]", a révélé Zulkifli, 56 ans.

"Nous voulons faire de Singapour une ville-état de 45 minutes ; cela signifie que la plupart des déplacements en période de pointe du domicile au lieu de travail ne prendront pas plus de 45 minutes pendant les heures de pointe", a expliqué le ministre.

Par conséquent, il croit que les gens choisiront les transports publics plutôt que les voitures.

"Qu'elle soit électrique ou non électrique, c'est une voiture [qui cause les embouteillages]. Donc, notre approche du transport est de permettre le transport public comme premier choix et comme mode de vie", a-t-il déclaré.

"S'il y a une ville dans le monde où vous pouvez réduire la croissance de la possession de véhicules privés, ce serait Singapour. Au cours des dernières années, la croissance de la possession de voitures particulières a été de zéro pour cent".

Lorsqu'on lui a demandé si Singapour accorderait un jour des incitations aux voitures électriques, il a répondu: "Nous sommes à ce stade agnostiques vis-à-vis des voitures électriques ; nous voulons freiner la croissance de la possession de voitures particulières".

"C'est parce qu'il existe des alternatives [les transports publics] qui sont convaincantes, abordables et accessibles aux gens", a-t-il ajouté.

A propos de la taxe sur le carbone introduite l'année dernière à Singapour, une première en Asie du Sud-Est, il a déclaré qu'un milliard de dollars à collecter au cours des cinq prochaines années serait investi pour des innovations visant à réduire les émissions de carbone.

"Il n'y a aucune exemption pour aucun secteur en ce qui concerne la taxe sur le carbone. Nous avons signalé aux industries de réduire les émissions, car la taxe pourrait doubler ou tripler d'ici 2030", a expliqué Zulkifli, devenu ministre en 2015.

La taxe sur le carbone de 5 dollars par tonne de gaz à effet de serre (GES) et d'émissions est entrée en vigueur en janvier 2019. La taxe, qui vise à encourager les industries à réduire leurs émissions, couvre environ 80% des émissions totales de GES de Singapour et soutient la transition de la cité-état vers une économie bas carbone.

Zulkifli surveille également attentivement les efforts novateurs des Emirats arabes unis pour la décarbonisation.

"Les EAU ont de nombreuses initiatives innovantes pour remplacer les combustibles fossiles, en particulier dans l'industrie solaire photovoltaïque [PV]", a-t-il déclaré en ajoutant "Les EAU sont à la pointe des innovations. Nous bénéficierons également de telles initiatives".

"Les deux pays coopèrent également dans le secteur de la sécurité alimentaire", a conclu le ministre.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302823054

WAM/French