samedi 26 septembre 2020 - 6:38:54 M

Le gouverneur de la CBUAE souligne l'importance d'adhérer aux normes du GAFI


ABOU DHABI, 15 septembre 2020 (WAM) - Le gouverneur de la Banque centrale des Emirats arabes unis (CBUAE), Abdel Hamid Saïd Al-Ahmadi, a déclaré qu'à la lumière de la pandémie de COVID-19, les banques centrales du monde entier ont joué un rôle fondamental dans la promotion d'une activité économique continue et la protection des secteurs bancaire et financier respectifs.

''La CBUAE continuera à travailler aux côtés des banques centrales et des autorités monétaires pour élaborer des plans et des politiques visant à répondre rapidement et efficacement aux crises. Dans le cadre de notre mandat de supervision, nous continuerons d'adhérer aux normes du Groupe d'action financière de GAFI afin de garantir que le système financier des EAU soit solide et inclusif en tenant compte des directives de la Banque des règlements internationaux à cet égard", a déclaré Al-Ahmadi au 44e réunion du Conseil des gouverneurs des banques centrales et des autorités monétaires arabes.

Al-Ahmadi a abordé plusieurs sujets à la lumière des implications de la pandémie de COVID-19. La réunion a également réuni des experts de diverses institutions internationales où l'un des principaux sujets abordés était les progrès des efforts de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et l'importance d'élargir l'inclusion financière.

Le Président du GAFI, Dr. Marcus Pleyer, a abordé ce sujet en citant que la corruption est un problème mondial qui affecte largement les communautés du monde entier, en particulier dans les pays en développement qui sont de plus en plus vulnérables à ces actes illicites.

Il a salué les efforts déployés par les pays arabes pour mettre au point les cadres et les mesures nécessaires pour lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme et les a exhortés à entreprendre de nouvelles actions à cet égard, notant que cette question devrait être une priorité absolue, en particulier pendant la propagation du Covid 19.

Conformément aux directives du GAFI, le Comité national de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme et des organisations illégales, présidé par le gouverneur de la CBUAE, a adopté plusieurs initiatives pour atténuer les délits financiers. Cela comprend le lancement d'une plate-forme intelligente «FAWRI TICK» qui prend en charge la communication et la coordination entre les autorités gouvernementales compétentes et permet une détection rapide des risques financiers.

A l'appui des efforts du Comité, la Cellule de renseignement financier (CRF), collabore activement avec les autorités compétentes des Emirats arabes unis, en collaboration avec la CBUAE, pour développer des moyens efficaces de coopération à travers diverses actions, y compris la signature d'accords percutants avec les autorités compétentes, la collecte des données nécessaires pour lutter contre le terrorisme financier ainsi que le lancement de la plateforme «Go AML» qui facilite l'analyse des transactions suspectes et la soumission de rapports aux autorités concernées.

Commentant ces développements, le Gouverneur de la CBUAE a approuvé l’importance de traiter cette question dans le cadre du programme national des EAU et a souligné la nécessité de prendre des mesures appropriées pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Ces efforts comprennent la création d’un département dédié chargé de superviser les institutions financières agréées et de faciliter la coopération aux niveaux national et international, conformément aux normes de GAFI.

Dr. Pleyer a, également, souligné l'importance de la numérisation dans la promotion de l'inclusion financière au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dans la région MENA, pour permettre des services financiers et bancaires accessibles à tous les segments de la communauté dans un environnement bien réglementé.

Au cours de la réunion, le directeur général adjoint de la Banque des règlements internationaux (BRI), Luiz da Silva, a évoqué l'impact du changement climatique sur le système financier, notant que la technologie, les normes politiques et sociales et les événements liés au changement climatique entraînant des liquidités, risques de crédit et opérationnels pouvant conduire ultérieurement à une augmentation du risque systémique.

Il a également fait référence à l’importance de l’utilisation des obligations vertes dans le cadre des stratégies de reprise post-COVID-19 des banques centrales face au changement climatique, car c’est un facteur qui peut avoir un impact sur la stabilité financière.

Traduit par: Mervat Mahmoud.

http://wam.ae/en/details/1395302870127

WAM/French