mercredi 18 mai 2022 - 6:16:41 M

AUS/étude conjointe: Les antibiotiques contre les cafards peuvent sauver des vies


CHARJAH, 20 décembre 2020 (WAM) – Le potentiel de développement d'antibiotiques pour lutter contre les bactéries à partir de molécules trouvées dans les blattes est étudié dans une étude conjointe dirigée par l'Université américaine de Charjah (AUS).

"Plus de 17 millions de personnes meurent chaque année dans le monde à cause d'infections bactériennes. Nous sommes entrés dans une ère pré antibiotique où les bactéries deviennent résistantes aux médicaments disponibles sur le marché. Il est urgent de trouver de nouveaux moyens de prévenir et/ou de traiter les infections bactériennes. Nous avons trouvé de nombreuses molécules dans les cafards qui tuent 100 % du SARM, bactérie qui provoque des infections dans différentes parties du corps, des bactéries causant E.coli K1, et d'autres. Ces molécules ne présentent aucun effet néfaste sur les cellules humaines", a déclaré le professeur et chef du département de biologie, de chimie et de sciences de l'environnement de l'AUS College of Arts and Sciences (CAS).

Dr. Khan soutient que puisque les cafards vivent dans certains des endroits les plus sales de la planète, ils doivent disposer de puissants mécanismes de défense contre les super bactéries qui les aident à prospérer dans des environnements pollués. En attendant, les humains tentent de trouver des moyens de se protéger contre diverses infections en introduisant de nouveaux savons antibactériens.

"Nous avons vérifié cette hypothèse en examinant divers organes et micro-organismes qui vivent dans le tube digestif de la blatte. Les recherches ont permis de découvrir plusieurs nouveaux antibiotiques chez les blattes. Bien que nous considérions ces insectes comme des nuisibles, il y a beaucoup à apprendre d'eux. Les blattes vivent sur cette planète depuis des millions d'années, survivant aux catastrophes naturelles et aux attaques de super bactéries. Les résultats de nos recherches pourraient sauver des millions de vies humaines si nous y parvenons, notamment parce que nous sommes confrontés à des menaces accrues de maladies infectieuses et que nous voyons apparaître de nouvelles super bactéries", a-t-il déclaré.

Les tests en laboratoire, qui se poursuivent depuis cinq ans, ont permis de découvrir de puissants agents antimicrobiens dans les molécules de blattes. Cependant, des tests cliniques sur les animaux permettront de vérifier leur efficacité et leur impact.

"C'est une période passionnante et nous sommes impatients de tester des molécules potentielles contre les infections bactériennes chez les animaux", a déclaré Dr. Khan.

Cette recherche conjointe a été menée par Dr. Khan avec Dr. Ruqaiyyah Siddiqui du département de biologie, de chimie et de sciences environnementales de l'AUS, Dr. Sutherland Maciver de l'université d'Édimbourg, au Royaume-Uni, le professeur Kwang Kim de l'université Johns Hopkins, aux États-Unis, et le professeur Raza Shah de l'université de Karachi, au Pakistan.

Les résultats des recherches ont été largement publiés dans des revues scientifiques et le groupe a obtenu des subventions importantes pour soutenir ses travaux.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395302896712

WAM/French