samedi 16 octobre 2021 - 4:09:54 P.

L’économie de Doubaï : Doubaï devrait enregistrer une croissance économique de 3,1 % en 2021 et de 3,4 % en 2022


DOUBAÏ, 21 septembre 2021 (WAM) – Le département du développement économique de Doubaï (Economie de Doubaï) a annoncé aujourd'hui ses dernières perspectives économiques, selon lesquelles l'émirat devrait enregistrer une croissance de 3,1 % cette année. Stimulée par l'organisation de l'Expo 2020, la croissance de Doubaï devrait s'accélérer pour atteindre 3,4 % en 2022.

Son Altesse Cheikh Hamdan ben Mohamed ben Rachid Al Maktoum, prince héritier de Doubaï et président du Conseil exécutif de Doubaï, a déclaré : "Les brillantes perspectives de croissance de l'émirat ont été rendues possibles par la vision et le leadership de Son Altesse Cheikh Mohamed ben Rachid Al Maktoum, vice-président et premier ministre des EAU et dirigeant de Doubaï, sous la direction duquel le gouvernement a pris des mesures décisives pour atténuer les répercussions des défis mondiaux sur l'économie.'' ''Ces efforts ont été accompagnés d'une nouvelle législation et d'amendements aux lois sur l'investissement et la résidence dans le pays. Cumulativement, ces mesures ont revitalisé l'économie et stimulé un fort flux d'investissements locaux et étrangers, permettant à l'émirat de reprendre son chemin de développement, de diversification et de croissance économique durable. Dans les années à venir, Doubaï promet d'être une destination mondiale encore plus importante pour les investissements et les talents et une ville qui offre de nouvelles opportunités passionnantes aux entreprises, aux entrepreneurs et aux innovateurs", a-t-il ajouté.

Conformément aux directives des dirigeants, le DED a déployé des efforts concertés pour atténuer l'impact de la pandémie sur les entreprises, notamment en facilitant les procédures de transaction et les licences commerciales. Le département continue d'adopter les meilleures pratiques et des normes de haute qualité dans sa quête pour faire de Doubaï la première ville intelligente du monde. L'engagement actif du DED et les lignes de communication ouvertes avec le monde des affaires et la société en général ont permis de concevoir et de mettre en œuvre les meilleures mesures de précaution et pratiques, ainsi que des règles de sécurité qui garantissent à la fois la sécurité du public et le bon déroulement des opérations.

Commentant les derniers chiffres sur les perspectives économiques, Sami Al Qamzi, directeur général de l'économie de Doubaï, a déclaré : "Les derniers indicateurs économiques de Doubaï montrent que les mesures de précaution, les vastes campagnes de vaccination, les plans de relance et les amendements législatifs que les EAU et Doubaï ont adoptés étaient parfaitement ciblés. L'économie de Doubaï est désormais fermement engagée sur la voie de la reprise et soutenue par une confiance accrue des entreprises et des consommateurs. Cela concerne en particulier les activités commerciales qui ont été le plus durement touchées par la pandémie, comme le tourisme et les transports. Sous la direction de Son Altesse Cheikh Mohamed ben Rachid Al Maktoum, vice-président et premier ministre des Emirats arabes unis et dirigeant de Doubaï, et dans le prolongement de Son Altesse Cheikh Hamdan ben Mohamed ben Rachid Al Maktoum, prince héritier et président du Conseil exécutif de Doubaï, l'Emirat a repris son chemin vers le développement, guidé par une vision stratégique globale et ambitieuse qui vise à renforcer la demande intérieure et les exportations, à ouvrir de nouveaux marchés et à attirer les investisseurs et les talents."

En 2020, la production réelle de Doubaï était inférieure à sa capacité de production existante, comme ailleurs dans le monde. Les mesures de confinement ont pesé à la fois sur l'offre et la demande qui ont conjointement conduit à une baisse significative de l'activité économique, y compris à Doubaï, malgré le soutien important apporté par le gouvernement aux entreprises de tous les secteurs.

Al Qamzi a rappelé les cinq plans de relance consécutifs que le gouvernement de Doubaï a lancés durant la période allant de mars 2020 à septembre 2021, qui contenaient un certain nombre de mesures de soutien, telles que la suspension et la réduction de divers frais, la réduction des droits de douane, des factures d'eau et d'électricité, le report du paiement des loyers et l'annulation des amendes. Le coût financier total de ces cinq mesures s'élève à 7,1 milliards d'AED, soit 1,6 % du PIB de Doubaï. Ces mesures s'ajoutent aux mesures de soutien économique lancées par le gouvernement fédéral des Emirats arabes unis, notamment le "programme de soutien économique ciblé" que la Banque centrale des Emirats arabes unis a lancé en mars 2020 pour alléger la charge financière des entreprises et aider nombre d'entre elles à éviter la faillite.

Al Qamzi a noté que malgré les revers subis par l'économie mondiale en raison de la pandémie, Doubaï a connu entre septembre 2020 et juillet 2021 une reprise relativement plus rapide dans des secteurs tels que le transport et le tourisme par rapport à d'autres pays. L'Expo 2020 devrait donner une forte impulsion à l'ensemble de l'économie, notamment dans les secteurs du transport et du tourisme.

Compte tenu des développements récents et des perspectives et risques futurs au cours de la période à venir, le DED prévoit que le PIB de Doubaï augmentera de 3,1 % en 2021, étant donné la reprise significative à partir du deuxième trimestre, en particulier dans les activités qui ont connu un arrêt presque complet en avril et mai 2020. La prévision tient également compte de l'impact positif attendu de l'Expo 2020 sur les activités économiques.

Il est également prévu que le secteur de l'hébergement et de la restauration connaisse une croissance de 8,5 % en 2021, par rapport à 2020, et celui des transports, de l'entreposage et des communications de 4,1 %, reflétant la reprise progressive attendue jusqu'à la fin de 2021 dans les activités de tourisme et de transport. Le secteur du commerce de gros et de détail devrait également regagner une grande partie de son activité après le ralentissement induit par le COVID-19, atteignant une croissance de 4,7 pour cent en 2021, tandis que l'activité de construction devrait diminuer en 2021 de 2 pour cent en raison de la stabilisation de la construction de logements, de bureaux et d'hôtels, et d'un déclin relatif de la construction liée aux infrastructures après leur croissance rapide enregistrée dans les années précédant 2020.

Al Qamzi a souligné que la croissance devrait s'accélérer en 2022 et atteindre 3,4 %, grâce à la reprise continue des activités les plus touchées par la pandémie, telles que le tourisme et le transport international, qui bénéficieront également des activités de l'Expo 2020 au cours des premiers mois de 2022.

Le rapport sur la performance économique publié par le Doubaï Statistics Center indique que l'économie de Doubaï a réalisé une croissance de 1% au cours du premier trimestre 2021, par rapport au quatrième trimestre 2020, sur la base des estimations préliminaires des données du PIB corrigées des variations saisonnières.

Cette croissance est portée par les performances exceptionnelles du secteur manufacturier, l'amélioration des activités de tourisme, de transport et d'entreposage, en plus de la croissance significative des performances du secteur financier pour la même période.

Le directeur exécutif du centre de statistiques de Doubaï, Aref Al Muhairi, a déclaré : "Ces chiffres indiquent une évolution positive et une reprise rapide de l'économie de Doubaï et des Emirats arabes unis, par rapport à 2020, année qui a vu d'importants déclins économiques dans le monde entier, sous l'effet du ralentissement des secteurs du tourisme, du transport et d'autres activités économiques. C'est une conséquence naturelle de la pandémie sur l'économie mondiale."

Al Muhairi a expliqué que l'économie de Doubaï s'est contractée de -3,7 % au premier trimestre 2021 par rapport au premier trimestre 2020. Néanmoins, cette contraction laisse présager une évolution positive au vu des performances enregistrées en 2020, lorsque la contraction a atteint -10,9 % par rapport à 2019.

Al Muhairi a indiqué que malgré le déclin de certaines activités au premier trimestre 2021, d'autres, en particulier celles d'importance stratégique élevée, ont connu une forte croissance. Cela est particulièrement évident dans le secteur du commerce, qui contribue à près de 24 % du PIB de Doubaï, et dont la croissance a atteint 2,8 % au premier trimestre 2021, par rapport à la période correspondante en 2020. Le secteur du commerce a été l'un des principaux secteurs dont la contribution à l'activité économique a atténué l'impact économique de COVID-19.

Les données sur le commerce extérieur de Doubaï publiées par les douanes de Doubaï indiquent que le commerce extérieur non pétrolier a augmenté de 10 % au premier trimestre 2021, pour atteindre 354,4 milliards d'AED, contre 323 milliards d'AED au premier trimestre 2020. Les exportations ont enregistré une croissance significative de 25 %, atteignant 50,5 milliards d'AED, et la valeur des importations a augmenté de 9 %, pour atteindre 204,8 milliards d'AED, tandis que la valeur des réexportations a augmenté de 5,5 %, pour atteindre 99 milliards d'AED.

Les activités financières et d'assurance ont également enregistré un taux de croissance de 3,5 % au premier trimestre 2021, par rapport au premier trimestre 2020, et leur contribution au PIB de l'émirat a augmenté pour atteindre 12,8 %. C'est également l'un des secteurs qui a contribué à réduire l'impact de COVID-19 sur la performance économique. Cette performance résulte de la croissance du total des dépôts et des prêts au cours du premier trimestre 2021, les prêts ayant augmenté de 2,6 % et les soldes des dépôts de 3,3 %, tandis que les taux d'intérêt sur les prêts ont diminué de 24 % et sur les dépôts de 35 %.

En outre, les activités de l'industrie manufacturière ont également connu une croissance de 3,2 %, et leur contribution à la performance économique globale a augmenté à 9,5 %. C'est donc l'une des activités qui a contribué à réduire l'impact du déclin économique mondial sur l'économie de l'émirat. Les activités de l'industrie alimentaire, des produits pharmaceutiques, des produits en caoutchouc et en plastique, et de la fabrication de métaux de base ont contribué positivement à la croissance du secteur manufacturier.

Les activités immobilières ont également atteint un taux de croissance de 2,4 % au cours du premier trimestre 2021, par rapport au premier trimestre 2020, contribuant à 8,7 % du PIB réel. Par conséquent, il s'agissait de l'une des activités de soutien permettant de surmonter les effets du déclin économique mondial et ses conséquences sur l'économie de l'Emirat. Le secteur de l'immobilier à Doubaï a enregistré une croissance significative des transactions de vente au premier trimestre 2021, par rapport aux premiers trimestres 2020 et 2019 avant l'apparition de l'épidémie. Cela montre la grande résilience du secteur immobilier à Doubaï et sa capacité à répondre aux évolutions économiques et aux volumes de la demande.

Le rapport du Centre de statistiques de Doubaï indique qu'au cours du 1er trimestre 2021, la pandémie de COVID-19 a affecté les secteurs de l'hébergement et de la restauration, du transport et de l'entreposage. Ces deux activités ont diminué de 25,6 % par rapport au premier trimestre 2020. Cette baisse est considérée comme normale dans les circonstances économiques mondiales, car la plupart des pays du monde ont fermé leurs aéroports, leurs passages terrestres et maritimes au trafic de passagers et ont adopté des mesures de précaution, entraînant la réduction du mouvement des visiteurs internationaux, et des conséquences négatives importantes sur le mouvement touristique à l'échelle mondiale.

Bien que l'on s'attende à ce que l'économie de Doubaï soit affectée par la conjoncture mondiale étant donné son rôle essentiel dans le commerce régional et mondial et dans le trafic de passagers aériens, il est important de noter que la flexibilité, les capacités avancées et le système administratif stratégique de l'émirat ont permis une réponse rapide et efficace à la crise et ont ainsi minimisé les coûts économiques de la pandémie, tant en termes absolus que par rapport à de nombreuses économies régionales et mondiales.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395302972303

WAM/French