mardi 24 mai 2022 - 9:38:46 M

«Malaria No More», la Cour du Prince héritier d'Abou Dhabi lance l'Institut pour le paludisme et les solutions climatiques


DOUBAÏ, 17 janvier 2022 (WAM) – En partenariat avec la Cour du Prince Héritier d'Abou Dhabi (CPC) et le programme Reaching the Last Mile, «Malaria No More», a annoncé aujourd'hui le lancement d'un nouvel institut mondial dont la mission est de combattre le paludisme face au changement climatique et à la volatilité des conditions météorologiques.

L'annonce a été faite lors du sommet de la semaine de la durabilité d'Abou Dhabi, au cours d'une session consacrée au changement climatique, à son impact sur la santé humaine et aux adaptations nécessaires pour y répondre efficacement.

Le nouvel institut pour le paludisme et les solutions climatiques (IMACS) est un centre d'excellence virtuel qui fait progresser les approches multidisciplinaires des stratégies de lutte contre le paludisme en s'appuyant sur l'intelligence artificielle (IA) et les données climatiques, tout en favorisant leur adoption par les programmes de lutte contre le paludisme dans le monde entier.

Le paludisme est l'une des maladies les plus anciennes et les plus mortelles, dévastant des familles et perpétuant les cycles de pauvreté dans les communautés et les pays du monde entier. Bien que les outils et les technologies existent pour mettre fin à la maladie, le changement climatique a ralenti les progrès.

Les événements climatiques tels que l'augmentation des températures, la modification du régime des pluies et les phénomènes météorologiques extrêmes perturbent les systèmes de santé tout en affectant la portée et la saisonnalité de l'infection palustre.

L'Organisation mondiale de la santé estime que le changement climatique entraînera bientôt 60 000 décès supplémentaires par an dus au paludisme, en plus des 600 000 décès annuels qu'il provoque déjà, principalement chez les femmes et les enfants.

Soutenu par la Cour des princes héritiers, Reaching the Last Mile (RLM) est un portefeuille de programmes de santé mondiaux visant à éliminer les maladies, qui est motivé par l'engagement personnel de Son Altesse Cheikh Mohamed ben Zayed Al Nahyan, prince héritier d'Abou Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des EAU. Par le biais de ses programmes, le RLM s'engage à collaborer entre les industries et à utiliser des innovations, telles que l'IA, pour aider à empêcher les effets du changement climatique d'entraver les progrès dans l'élimination des maladies.

Les Emirats arabes unis sont reconnus comme un acteur majeur de la gestion du climat mondial et ont récemment annoncé qu'ils accueilleraient la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28) en 2023.

Cet engagement en faveur d'IMACS s'inscrit dans le prolongement d'un prix de lancement de 1,5 million de dollars US accordé à Malaria No More en 2020 pour évaluer la faisabilité de stratégies de lutte contre le paludisme fondées sur le climat par le biais de Forecasting Healthy Futures (FHF). L'Université Mohamed Ben Zayed pour l'intelligence artificielle a également rejoint le projet en tant que nouveau partenaire technique afin de s'appuyer sur les travaux fondamentaux réalisés à ce jour.

"La santé mondiale et le changement climatique sont inextricablement liés et nous devons les aborder de manière holistique et innovante afin d'avoir un impact durable", a déclaré Tala Al Ramahi, directrice associée au Bureau des affaires stratégiques de la Cour du prince héritier. "Dans le cas du paludisme, nous devons développer des systèmes plus intelligents de prédiction et de planification de précision pour guider les investissements et les ressources là où ils sont le plus nécessaires. En appliquant l'intelligence artificielle et de nouvelles sources de données météorologiques et environnementales critiques, IMACS contribuera à améliorer la science et nous permettra de mieux protéger les populations vulnérables les plus touchées par le changement climatique et la propagation des maladies. Relever les défis de la santé mondiale par le biais de partenariats mondiaux innovants, tels que celui conclu avec «Malaria No More», est un principe directeur essentiel de l'action de Reaching the Last Mile."

L’IMACS fait partie de l'initiative Forecasting Healthy Futures (FHF), un consortium réuni par «Malaria No More» et Reaching the Last Mile en 2020 pour stimuler l'innovation et l'investissement dans les solutions de santé mondiale dans le contexte du changement climatique, en commençant par les maladies transmises par les moustiques comme le paludisme.

En partenariat avec le gouvernement indien, la FHF a conçu et mis en œuvre une boîte à outils très sophistiquée de prévision et de planification du paludisme, qu'IMACS s'efforcera de reproduire dans d'autres pays touchés par le paludisme dans le monde.

L'institut sert de secrétariat à une communauté de pratique en pleine expansion et sera guidé par un conseil consultatif scientifique composé d'experts internationaux en sciences du climat, maladies infectieuses, entomologie et IA.

Son personnel et ses consultants sont basés dans tous les pays touchés par le paludisme et travaillent en partenariat avec les ministères de la santé du monde entier pour soutenir l'élimination du paludisme.

"Il est impératif que la communauté mondiale de la santé garde une longueur d'avance sur les effets inévitables de l'évolution de la planète sur des maladies comme le paludisme, la dengue, le zika et d'autres maladies transmises par les insectes", a déclaré Martin Edlund, PDG de «Malaria No More». "Avec l'aide de partenaires fondateurs tels que Reaching the Last Mile, Forecasting Healthy Futures vise à éduquer et à informer les dirigeants et les décideurs mondiaux, et à faire la démonstration d'une solution transformatrice, c'est-à-dire à transformer les obstacles en opportunités pour accélérer les efforts d'élimination des maladies. L’IMACS mettra en réseau, équipera et habilitera les experts mondiaux pour nous aider à faire cela."

L'université Mohamed ben Zayed d'intelligence artificielle des Emirats arabes unis apporte également un soutien essentiel au nouvel institut, en mettant à profit son expertise technique dans le domaine de la science des données et de l'IA.

Le directeur de l'engagement de recherche, Hosni Ghedira, a déclaré : "L'IA a fait des progrès impressionnants au cours de la dernière décennie. Nous sommes désireux de trouver des occasions de mettre notre expertise au service de l'amélioration des résultats de santé dans le monde entier, et en particulier par le biais d'une collaboration avec l’IMACS dans la poursuite de l'élimination du paludisme."

L’IMACS encouragera les innovations dans les programmes de lutte contre le paludisme fondés sur les données et la technologie, favorisera la collaboration et l'échange de connaissances au sein d'un réseau international d'experts et organisera une conférence scientifique annuelle afin de présenter les nouvelles approches les plus prometteuses pour renforcer la résilience climatique des systèmes de santé. Il soutiendra également activement la traduction de ces approches en solutions pratiques et applicables, en déployant une assistance technique multidisciplinaire dans les pays où le paludisme est endémique.

Dans le cadre de l'annonce d'aujourd'hui, Dr. Kaushik Sarkar a été nommé directeur inaugural du MIDADE. Le professeur associé de santé environnementale mondiale à l'université Duke, Dr. William Pan, a été nommé président du conseil consultatif scientifique de l'IMAC.

Traduit par : Gihane Fawzi.

https://wam.ae/en/details/1395303011777

WAM/French