vendredi 18 juin 2021 - 11:17:34 M

L’OIT et l’UNICEF: Le travail des enfants atteint 160 millions - première augmentation en deux décennies


GENÈVE, 10 juin, 2021 (WAM) – Le nombre d'enfants qui travaillent est passé à 160 millions dans le monde - soit une augmentation de 8,4 millions d'enfants au cours des quatre dernières années - et des millions d'autres sont en danger en raison des impacts de la COVID-19, selon un nouveau rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) et de l'UNICEF.

Le travail des enfants : Global estimates 2020, trends and the road forward - publié en amont de la Journée mondiale contre le travail des enfants le 12 juin - prévient que les progrès pour mettre fin au travail des enfants ont marqué le pas pour la première fois en 20 ans, inversant la précédente tendance à la baisse qui avait vu le travail des enfants diminuer de 94 millions entre 2000 et 2016.

Le rapport souligne une augmentation significative du nombre d'enfants âgés de 5 à 11 ans soumis au travail des enfants, qui représentent désormais un peu plus de la moitié du chiffre mondial total. Le nombre d'enfants âgés de 5 à 17 ans effectuant un travail dangereux - défini comme un travail susceptible de nuire à leur santé, leur sécurité ou leur moralité - a augmenté de 6,5 millions pour atteindre 79 millions depuis 2016.

Le secteur de l'agriculture représente 70 % des enfants qui travaillent (112 millions), suivi par 20 % des services (31,4 millions) et 10 % de l'industrie (16,5 millions).

Près de 28 pour cent des enfants âgés de 5 à 11 ans et 35 pour cent des enfants âgés de 12 à 14 ans qui travaillent ne sont pas scolarisés.

Le travail des enfants est plus répandu chez les garçons que chez les filles, quel que soit l'âge. Si l'on prend en compte les tâches ménagères effectuées pendant 21 heures ou plus chaque semaine, l'écart entre les sexes en matière de travail des enfants se réduit.

La prévalence du travail des enfants dans les zones rurales (14 pour cent) est près de trois fois supérieure à celle des zones urbaines (5 pour cent).

Le rapport prévient qu'à l'échelle mondiale, neuf millions d'enfants supplémentaires risquent d'être poussés vers le travail des enfants d'ici à la fin 2022 en raison de la pandémie. Un modèle de simulation montre que ce nombre pourrait atteindre 46 millions s'ils n'ont pas accès à une couverture sociale essentielle.

Les chocs économiques supplémentaires et les fermetures d'écoles provoqués par le COVID-19 signifient que les enfants qui travaillent déjà risquent de travailler plus longtemps ou dans des conditions plus difficiles, tandis que beaucoup d'autres risquent d'être poussés vers les pires formes de travail des enfants en raison des pertes d'emplois et de revenus dans les familles vulnérables.

Pour inverser la tendance à la hausse du travail des enfants, l'OIT et l'UNICEF appellent à : Une protection sociale adéquate pour tous, y compris des allocations familiales universelles.

L'augmentation des dépenses pour une scolarité gratuite et de bonne qualité et le retour de tous les enfants à l'école - y compris les enfants qui n'étaient pas scolarisés avant COVID-19.

La promotion d'un travail décent pour les adultes, afin que les familles n'aient pas à recourir aux enfants pour générer un revenu familial.

La fin des normes sexistes et des discriminations qui influencent le travail des enfants.

Investissement dans les systèmes de protection de l'enfance, le développement agricole, les services publics ruraux, les infrastructures et les moyens de subsistance.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395302942420

WAM/French