jeudi 09 décembre 2021 - 5:07:57 P.

Chérif Al Olama : Aucun scénario ne prévoit que les hydrocarbures ne seront pas nécessaires dans le futur mix énergétique


DOUBAI, 24 novembre 2021 (WAM) – Les hydrocarbures joueront toujours un rôle dans les besoins énergétiques mondiaux, et l'avenir du secteur pétrolier et gazier dépendra du développement de solutions d'extraction et de production à faible émission de carbone. C'est pourquoi les Emirats arabes unis sont bien placés pour jouer un rôle de premier plan dans le secteur énergétique mondial pour les années à venir.

Tel est le message de Chérif Al Olama, sous-secrétaire aux affaires énergétiques et pétrolières au ministère de l'Energie et des Infrastructures des Emirats arabes unis, qui s'est exprimé lors de la séance d'ouverture de la conférence sur la chaîne verte, organisée dans le cadre de la semaine GMIS au centre d'exposition de Doubaï de l'Expo 2020.

Lors d'une discussion au coin du feu, il a fait remarquer que les Emirats arabes unis ont toujours recherché un mélange énergétique, en commençant en 1973 par la création de l’Abu Dhabi National Oil Company Liquified Natural Gas (ADNOC LNG), la première société du Moyen-Orient à liquéfier le gaz naturel et à éliminer le torchage en mer.

Al Olama a poursuivi en décrivant la substance derrière la réputation bien établie des Émirats arabes unis en tant que pionnier dans le secteur de l'énergie, en faisant référence à la création de Masdar en 2006, à la ratification de l'Accord de Paris par les Emirats arabes unis en 2015, au lancement de la stratégie énergétique 2050 des Emirats arabes unis en 2017 et, plus récemment, à la feuille de route du leadership en matière d'hydrogène des Emirats arabes unis de cette année et à l'initiative stratégique Net Zero by 2050 des Emirats arabes unis.

"Il existe un solide bilan", a déclaré Chérif Al Olama. "Les EAU ont la reconnaissance de la communauté internationale comme étant un leader sérieux de l'action climatique."

Toutefois, cela ne signifie pas la fin des hydrocarbures. "L'élément le plus important que je veux souligner ici est qu'il faut un mélange énergétique approprié et juste. Et les hydrocarbures feront partie de ce mix énergétique.

"Je ne vois pas de scénario dans lequel il n'y aura pas besoin d'hydrocarbures. Si notre production de pétrole diminue de moitié, ce sont les pays dont le coût de production est le plus bas, dont les volumes ont une faible intensité de carbone, qui survivront. Et les Emirats arabes unis sont en bonne position."

La conférence sur la chaîne verte s'est tenue parallèlement à la semaine GMIS au centre d'exposition de Doubaï d'EXPO, qui a rassemblé un échantillon de plus de 250 leaders mondiaux des secteurs public et privé. La semaine GMIS comprenait le sommet #GMIS2021 de deux jours les 22 et 23 novembre, la conférence sur la prospérité mondiale le 24 novembre, ainsi que des sessions axées sur les pays en partenariat avec le Royaume-Uni, l'Australie et l'Italie. Tout au long des six jours de l'événement, une exposition sur la fabrication et les technologies avancées a réuni plus de 30 exposants de classe mondiale pour mettre en avant la campagne "Make it in the Emirates" du gouvernement des EAU, une initiative unique en son genre visant à encourager les investisseurs, les développeurs et les innovateurs locaux et internationaux à bénéficier des installations et des incitations offertes par le secteur industriel du pays.

La conférence sur la chaîne verte a donné lieu à une série de tables rondes sur l'électrification de l'ensemble de l'économie et son potentiel pour accélérer la réalisation des objectifs en matière d'émissions ; les investissements de dé-carbonisation dans l'hydrogène vert, avec la présentation de l'alliance pour l'hydrogène d'Abou Dhabi, un partenariat entre Mubadala Investment Company (Mubadala) et la Compagnie pétrolière nationale d'Abou Dhabi (ADNOC), et l'ADQ, pour établir la gouvernance et construire une économie locale de l'hydrogène bleu et vert aux Emirats arabes unis.

La conférence a également exploré les défis de la consommation mondiale d'énergie et son augmentation prévisible de 50 % d'ici 2050, jusqu'à 70 % dans les pays en développement et les économies émergentes, mais aussi les défis de la dé-carbonisation mondiale qui en découlent et le potentiel des technologies 4IR telles que la blockchain pour perturber l'ensemble de la chaîne de valeur énergétique en éliminant le besoin de tarifs en faveur d'un marché de l'énergie numérique.

La chaîne verte est une initiative mondiale non conventionnelle, en partenariat avec des associations allemandes de premier plan, visant à accélérer la dé-carbonisation de l'industrie et le développement de projets d'énergie renouvelable soutenant l'agenda vert mondial et la stratégie nationale allemande pour l'hydrogène.

Traduit par : Gihane Fawzi.

http://wam.ae/en/details/1395302996372

WAM/French